Rémy Héritier, né en 1977 est chorégraphe et danseur. Il a créé à ce jour plus d’une dizaine de pièces : Arnold versus Pablo (duo), Archives (sextet), domestiqué coyote (solo), Atteindre la fin du western (quintet), Dispositions (solo), Chevreuil (quintet), Facing the sculpture (quartuor), une étendue (quartet), Percée Persée (duo), jeux chorégraphiques (cosigné avec Laurent Pichaud) et cosignés avec Marcelline Delbecq, Another Version (duo) et Here, then (quatuor).

Son travail est montré en France et à l’étranger aussi bien dans des théâtres, dans des musées ou centres d’art ou dans des lieux extérieurs, tels que Le Centre Pompidou – les Spectacles Vivants à Paris, la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain à Paris, le Plateau Frac Ile de France, Le Vivat à Armentières, Le Phénix à Valenciennes, le Festival Mettre en Scène à Rennes, Les Laboratoires d’Aubervilliers (dont Rémy Héritier est artiste associé en 2008-09), TanzQuartierWien, Çati Dans à Istanbul, PACT Zollverein à Essen, RE-AL à Lisbonne, Kaaitheater à Bruxelles, Tempe Art Museum at Combine Studio – Phoenix (AZ), C.L.U.I à Wendover (UT), Kadist Art Foundation à San Francisco (CA)…

À travers ses différentes écritures chorégraphiques il engage des résurgences de strates temporelles et spatiales creusant ainsi l’épaisseur du passé pour parvenir au présent. Cette fouille archéologique dans un contexte donné, dans son histoire personnelle de la danse, dans celle de ses collaborateurs, lui permet d’étendre les contours de l’art chorégraphique à l’intertextualité (1) ou au document (2), et convoquer ainsi de nouvelles poétiques du geste.

Il enseigne régulièrement dans des lieux tels que le Tanzquartier Wien, à l’Arsenic Lausanne, l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Villeneuve d’Ascq et de Versailles, Çati Dans à Istanbul, EXERCE centre chorégraphique national de Montpellier, CNDC d’Angers, Tshek Summer Dance School Moscou, etc. Il est également artiste-chercheur associé à l’Ecole Supérieure d’Arts de Clermont Métropole depuis septembre 2016.

En 2013, il est lauréat du programme « Hors les Murs » de l’Institut français. Pour la création de Here, then en 2015 avec l’artiste et écrivain Marcelline Delbecq, il reçoit une bourse de la FNAGP (Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques), de IASPIS (The Swedish Arts Grants Committee) et une de l’association Beaumarchais-SACD.

Depuis 1999, il a été interprète notamment auprès de Boris Charmatz, Laurent Chétouane, DD Dorvillier, Christophe Fiat, Philipp Gehmacher, Matthieu Kavyrchine, Jennifer Lacey, Mathilde Monnier, Laurent Pichaud, Sylvain Prunenec et Loïc Touzé.


Voir http://remyheritier.net/

 

 

1. L’intertextualité définit la présence souterraine plus ou moins consciente d’autres textes dans toute écriture.
« Nous ne faisons que nous entregloser », écrivait en ce sens Montaigne. Isabelle Launay (chercheuse en danse) transpose cette notion à la danse en parlant « d’intergestualité ».

2. Rémy Héritier définit son usage du document comme suit : « Un document est un objet (texte, image, oeuvre d’art, anecdote…) qui permet une meilleure compréhension d’un autre objet (texte, image, oeuvre d’art, anecdote…).»