• Ciné 104 | Jeudi 14 juin à 20h00

    «Depuis plus de 20 ans que je fabrique des danses, la question de la documentation est passée d’un effort stimulant à une forme de lassitude, voire d’insatisfaction à l’égard de la soi-disant fidélité du document. Mon travail a changé, est sorti du théâtre, et j’ai peu à peu formalisé la mise en place de nouveaux jeux de documentation comme partie intégrante de mon travail. I Heart Lygia Clark, projet de performance-thérapie pour une personne sans pathologie, initié aux Laboratoires d’Aubervilliers, nécessite par nature un autre rapport au partage. Je ne présente rien de mon travail ce soir, ou en tout cas je laisse de côté le possessif. Le travail est présent en tant que personnage. Les films qui sont présentés parlent ensemble du lieu de travail, celui des laboratoires d'Aubervilliers, le lieu de l'amitié comme champs d'action, et lieu obscur où "le travail" agit.» Jennifer Lacey

    Le Bateau du nous - Jennifer Lacey, Barbara Manzetti (27 min)
    «Le Bateau du Nous dure une vingtaine de minutes. Ce n'est pas à proprement dire un film mais oui il peut être projeté. Projetons-le et parlons-en comme d'un film. Sur la dépression comme phénomène moral. Et mondial. Mais ce n'est qu'un endroit un lieu une place une pièce un emplacement pour notre amitié. Dans l'art. Nous l'avons fait en 4 jours à nous deux qui font trois avec la caméra. C'était ma demande je trouvais que nous ne voyions pas assez. C'était un moment - Jennifer le dit bien - où nous ne savions pas quoi mettre comme chaussettes. Je l'ai monté quelques mois plus tard l'agrémentant d'une marche funèbre composée sans peine en ce même lieu. Jennifer était en Amérique avait retrouvé le goût des bas et socquettes. Le monde était pieds nus.» (Barbara Manzetti)

    Talk To Him - Marta Popivoda (21 min)
    Talk to Him s'inscrit dans un rapport inhabituel à la collaboration et à la propriété intellectuelle. Le film est né de la rencontre accidentelle entre deux artistes, dégagée de toute planification, prescriptions ou attentes d'un tournage. La réalisatrice Marta Popivoda a «reçu» la performance I Heart Lygia Clark de Jennifer Lacey et a immédiatement filmé la performance suivante en retour. Le matériau brut du tournage est en possession des deux auteurs et peut ainsi résulter en des films très différents.


    Dans le cadre du festival Côté Court