• Chroniques / Ouvrières / Vidéo
    Séance proposée par Hélène Fleckinger, maîtresse de conférences en cinéma à l'Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis et responsable de l'Association Carole Roussopoulos.

    Carole Roussopoulos
    Association Carole Roussopoulos, 1973

    Dans les années 1970, des collectifs inventent une pratique de « vidéo guérilla », qui érige ce nouveau médium en instrument de libre expression et de contre-information sur les luttes ouvrières, anti-impérialistes, écologiques ou encore féministes. C'est ainsi qu'entre 1973 et 1976, en pleine mobilisation des ouvrières et ouvriers de l'usine d'horlogerie LIP à Besançon, Carole Roussopoulos et le collectif « Vidéo Out » réalisent une série de six films, réunis sous le titre « Chroniques des LIP ». Cette séance propose de revenir sur une expérience originale, utilisant la vidéo comme un outil d'intervention et d'analyse à la fois politique et féministe. Dans un contexte autogestionnaire, le groupe tente de saisir « une révolution des façons d’agir » en même temps que l’émergence de paroles de femmes qui se distinguent progressivement par la radicalité et l'autonomie de leur discours. Ces pratiques militantes de la vidéo, nées dans le sillage de mai 68, pourront être discutées dans une perspective contemporaine, au regard du développement d'internet.

    ---------------
    + films projetés +
    LIP 1 : MONIQUE de Carole Roussopoulos (1973, 25 min)
    Besançon, août 1973. Après l’occupation de l’usine LIP par les forces de l’ordre, une ouvrière, Monique Piton, raconte leurs quatre mois de lutte, souligne la place décisive des femmes dans le Comité d’Action et dénonce le rôle joué par la télévision.

    LIP 5 : MONIQUE ET CHRISTIANE
    de Carole Roussopoulos (1976, 30 min) En 1976, à Besançon, les ouvriers de LIP occupent à nouveau leur usine et relancent la production de montres. Monique et Christiane témoignent de la difficulté d’être femme face aux ténors de la revendication syndicale. Pour mettre en évidence le racisme de genre qu’est le sexisme, Monique propose de remplacer dans son récit « homme » par « blanc » et « femme » par « arabe ». S’ensuit un témoignage éloquent et drôle.

    LIP 6 : JACQUELINE ET MARCEL
    de Carole Roussopoulos (1976, 30 min) Un couple d’ouvriers chez LIP : elle est ouvrière spécialisée et lui chef de chaîne. Ils abordent les problèmes de la situation faite aux femmes, les conditions de travail et la démocratie interne au syndicat.

    + date +
    Lundi 4 mars
    + horaire +
    20h, accueil du public dès 19h30
    + entrée libre +
    Bar et restauration légère