•  

    Communautés et commun à l’heure d’Internet
    Pour ce quatrième atelier de lecture "Communs?!", le texte proposé est "Manifeste mode d’emploi. L’action collective à l’époque des réseaux socionumériques", Eva Yampolsky, in Revue Lignes n°40, février 2013 (pp. 151-167). "La sociabilité que permet Internet, bien qu’elle semble enfermer les individus dans leur espace privé, leur donne les moyens d’adhérer ou d’appartenir à une collectivité (…). A quel genre de collectif appartient-on désormais, et ce collectif lui-même peut-il encore agir, et de quelle manière?". Dans ce texte, la chercheuse américaine Eva Yampolsky étudie l’évolution de la nature du manifeste aujourd’hui: ce genre littéraire, appelant historiquement au changement et à l’action, fleurit aujourd’hui sur Internet. Pour autant, plutôt que d’inviter à un rassemblement d’individus autour d’idées idéologiquement marquées, ce nouveau type de manifeste est bien davantage tourné vers l’individu-auteur, qui entreprend très souvent d’y exposer sa singularité. Le texte analyse ainsi la toile comme un facteur d’individualisation, au moment même où Internet est pensé comme un formidable instrument du commun et des communautés, que ce soit grâce aux systèmes de «peer-to-peer» ou aux réseaux sociaux qui ont joué un rôle remarqué lors des Printemps arabes. Si ce texte d’Eva Yampolsky ne se concentre pas précisément sur le commun et la communauté, il nous permet de penser ces termes à l’heure d’Internet en nous fournissant des données quant à l’évolution du rapport de l’individu au collectif.
     
    

Pour vous inscrire, accéder à la bibliographie et aux transcriptions des séances précédentes, contacter c.dinhut@leslaboratoires.org

    ---------------

    “Commun?!”: un atelier de lecture et de discussion ouvert à tous!

    “Il n’y a pas de monde commun”, écrit le philosophe Bruno Latour, “il faut le composer”. Pourtant, des mots comme “commune”, “commun”,  “commons” ou “communauté” habitent notre paysage médiatique, politique et intellectuel, des  appels à la “démocratie participative” aux débats écologiques, des critiques du néo-libéralisme aux réseaux sociaux. Nombreuses sont les pratiques artistiques et les discours culturels qui s’en revendiquent, souvent avec le sentiment d’urgence provoqué par un contexte de “crises” généralisées: crise des ressources, de l’environnement, de l’économie, des relations sociales... Au-delà d’une réthorique populiste et instrumentalisante qui voudrait faire de l’art le ferment d’un “vivre-ensemble” aux propriétés thérapeutiques apaisantes - ou, pire, destiné à pallier aux échecs des politiques sociales - artistes, intellectuels et activistes s’interrogent sur les “tactiques” qui nous permettraient de mobiliser la puissance d’un “commun” à (re)composer sans cesse, aux mains de “communautés” dynamiques et mouvantes.
    En amont du Printemps des Laboratoires (18-19 mai) dédié à ces questions, les Laboratoires d’Aubervilliers vous invitent à rejoindre un atelier de lecture bi-mensuel pour, à travers une sélection de textes, s’interroger ensemble sur les définitions et les pratiques sociales liées aux termes de “commune”, “commun”,  “commons” ou “communauté”. Comment leur sens évolue-t-il au gré des histoires politiques et intellectuelles et quels outils peuvent-ils constituer pour “nous” aujourd’hui?
    Le premier rendez-vous a eu lieu le mardi 19 février 2013, puis tous les 15 jours jusqu’au 7 mai 2013. Chaque fois, un ou deux textes courts (envoyés par e-mail deux semaines à l’avance) serviront de base à la discussion. Cet atelier de lecture est gratuit et ouvert à tous: aucune connaissance préalable n’est requise, seulement le désir de lire et de participer aux discussions!

    + dates + les mardis 19/02, 5 & 19/03, 2, 16 & 30/04, 14/05
    + horaires + de 19h à 21h