• Séance proposée et présentée par Damien Marguet, administrateur duCollectif Jeune Cinéma et doctorant en Études Cinématographiques à l'Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle.

     

    Scopolamine (Robert Withers, USA, Noir-et-Blanc, 13min., 1975). 
    +
    Quixote 
    (Bruce Baillie, USA, Noir-et-Blanc & Couleur, 40min., 1964-1965) 
    +
    Atterrissage 
    (Pip Chodorov, USA/France, 8min., 1998). 

    Tous les films seront projetés en 16mm

     

    Documents américains,  par Damien Maguet

    Le Collectif Jeune Cinéma est une coopérative de cinéastes fondée en 1971, consacrée à la diffusion et à la promotion des pratiques expérimentales de l'image et du film. Réunissant plus de 250 réalisateurs, son catalogue comporte de nombreux films étrangers, dont une importante collection venue des États-Unis, allant du milieu des années 40 à nos jours. Quixote (1965) de Bruce Baillie et Scopolamine (1975) de Robert Withers relèvent autant du cinéma expérimental que du cinéma documentaire : ils nous confrontent au(x) peuple(s) américain(s) qu'ils dévisagent littéralement. Quel regard portons-nous aujourd'hui sur ces documents et sur cette façon de faire du cinéma, éminemment liée à la question de l'enregistrement et du témoignage ? Ces deux films, rarement montrés, seront accompagnés d'Atterrissage de Pip Chodorov, qui déplace le document du côté de l'autoportrait et qui interroge cette abolition des distances que produit le cinéma. Comment puis-je habiter, depuis Aubervilliers, une réserve indienne, une rue new-yorkaise ? Grand connaisseur du cinéma expérimental américain, Pip Chodorov, présent lors de la séance, nous parlera de son expérience de réalisateur transatlantique.
    Les trois films seront projetés en 16mm, format qui fut celui des films et des séances dites « sauvages » dans les années 60 et 70. Cette expérience de projection nous donnera l'occasion de réfléchir aux différentes formes de « l'illégalité cinématographique », et notamment à la place des dispositifs archaïques que sont désormais le super 8, le 16, voire le 35mm.

    Robert Withers – Scopolamine – 16mm, 1975, N&B, sonore, 13', USA
    « A l’aise, comme dans son élément naturel, une caméra nage nonchalamment dans la multitude de la foule, Elle dévisage une Amérique urbaine et seventies. Une mélodie lancinante, ralentie, confère un caractère mélancolique au spectacle de ces passants sitôt croisés, sitôt disparus, à la crête humaine du temps. » Cyril Hurel

    Bruce Baillie – Quixote – 16mm, 1964-1965, coul + N&B, sonore, 44', USA
    « Un des films les plus importants de Bruce Baillie, mais aussi de l’histoire du cinéma expérimental américain. Quixote est une sorte de long documentaire sur l’Amérique où s’entremêlent plusieurs thèmes. Un voyage d'un an à travers le pays du progrès permanent, une vue de l’Amérique et des américains, parfois flatteuse, souvent embarrassante, toujours fascinante. Une nation et son peuple à travers les yeux d’un cinéaste contemporain, des adolescents jouant au basketball à Choteau (Montana) aux pauvres indiens de la réserve, de la beauté des déserts du sud-ouest à l’hiver terne du nord et aux ravins de bétons des grandes villes. » Gregg Barrios
    Voir un extrait 

    Pip Chodorov – Atterrissage – 16mm, 1999, coul., sil., 8', France
    « Le double, l'ombre du sujet, fait référence au paradoxe qui est au cœur de la condition humaine : l'unicité du regardeur et regardé, le voyeur vu. Filmé en retour de New York à Paris en hiver 1998, ce film nous ramène sur terre, image par image, une méditation sur le retour qui focalise notre regard subrepticement sur nous-mêmes. » Pip Chodorov