• La séance est proposée et animée par François Taillade, commissaire d'exposition et directeur du Cyclop à Milly-la-Forêt.

    Films projetés :

    Franck et Olivier Turpin
    Siamoiseries IV, video, 4', 1998
    Lutte II, vidéo, 55'', 2001
    Lutte III, vidéo, 2'25'', 2001
    Cars fight, vidéo, 4'36'', 2002
    Tandem, vidéo, 1'48'', 2005

    Lindsay L. Benedict
    You Coated Me with a Layer of Fat, super 8 transféré sur vidéo, 3'35'', 2006
    The Ballad is intended to be danced (Lovers forced to separate at sunrise)., 16 mm transféré sur vidéo, 6', 2011
    Thank You Sir May I have Another, 16 mm transféré sur vidéo, 3'52'', 2006
    i miss (being totally fuckin' in love with) u, 16 mm transféré sur vidéo, 3'30, 2009

    Nina Yuen
    Sung, vidéo, 7'06'', 2006
    Thomas, vidéo, 11'22'', 2004
    Alison, vidéo, 7'41'', 2006

    Sabijn van der linden and Nina Yuen
    Girlfriends, vidéo, 15'08, 2010

    Certaines de ces films seront en anglais non sous-titré, nous aborderons ensemble les difficultés de compréhension avant la projection et il ne devrait pas y avoir de problèmes.

    L’amitié, de l’intimité à la contraction… ou l’amitié illégale... (par F. Taillade)

    Il n’est pas anodin de parler « d’amitié » en art contemporain. C’est un domaine qui travaille avec des œuvres, mais surtout avec des artistes vivants, et des affinités s’y créent souvent.

    Mais l’amitié est-elle seulement cette sympathie que l’on peut ressentir pour autrui, parce que nous avons des points communs, des intérêts partagés ? Que nous nous regardions dans le blanc des yeux, pour nous confier à l’autre ou à nous même, ou que nous regardions dans la même direction… L’amitié aristotélicienne est cet état indispensable pour accéder au Bonheur, mais la notion dont parle Aristote a une résonance politique au sens du « vivre ensemble ».
    Cette soirée nous conduira sur ce thème de l’amitié. Soit que les artistes abordent directement ce sujet, soit que leurs films résultent d’un travail en commun, entre « artistes amis ».


    © Franck et Olivier Turpin, 1997