• Atelier : "Chorégraphie:  les techniques performatives du soi et du groupe" (atelier en anglais)

    Un point crucial du rapport entre performance et espace public est celui des différentes techniques performatives développées dans les contextes de la chorégraphie et du management d'entreprise, en considérant autant les différences que les similitudes entre ces approches du comportement.
    TkH souhaite aborder ces enjeux de manière pratique lors d'un atelier donné par des spécialistes de la performance et du management, tant dans le champ de la danse que dans celui de l'entreprise. Il s'agira de partager différentes pratiques avec un groupe de participants venant eux-mêmes de ces différents secteurs, afin d'approfondir ensemble une réflexion sur les modèles de comportement social dans la société contemporaine.

    Présentation de l'atelier
    La question de la mise en scène du soi est inséparable de notre rapport à la société ; elle est au cœur de l’apprentissage étudiant. Se préparer à la vie professionnelle, c’est aussi réfléchir à la construction d’une identité et à sa réalisation dans le cadre de situations et de groupes divers.
    Dans le cadre de sa recherche sur la performance et l’espace public, le collectif TkH invite des étudiants en pratique et/ou théorie de la danse et des étudiants en management à suivre ensemble une formation sur les techniques de présentation du soi dans l'espace social.
    L’enjeu de cet atelier est de confronter deux approches différentes de la «performance du soi», en mettant en pratique des techniques issues de la danse et du spectacle et d’autres du management d’entreprise. Il s'agira de découvrir les gestes et figures de ces professions, ainsi que les technologies du soi et du groupe qui structurent la société contemporaine au quotidien en produisant les significations et les fonctions qui la composent. Chaque groupe d’étudiant/es pourra ainsi enrichir son point de vue, découvrir de nouvelles méthodologies et reconsidérer ses pratiques et son expérience à l’aune de celles de l’autre groupe.

    L'atelier sera donné, sous le regard du collectif TkH , par Christine De Smedt, chorégraphe belge spécialiste des technologies de groupe, et Siegmar Zacharias, performeuse allemande et spécialiste en rhétorique enseignant le «business management».

    Christine de Smedt: après ses études de criminologie, Christine De Smedt s’est intéressée à la danse et à la performance. Elle a commencé alors à étudier différentes techniques d’analyse du mouvement.Son travail artistique se situe à la frontière entre la danse/performance, la chorégraphie, la coordination artistique et les projets artistiques de natures diverses. Elle est membre des ballets C de la B depuis 1991. En 1993, elle a présenté sa première création : la force fait l’union fait la force. Suivirent ensuite Escape Velocity (1998), un projet itinérant dans les Balkans et 9x9 (2000-2005), un projet à grande échelle axé sur le concept de masse et la chorégraphie, et qui a été présenté dans 15 villes d’Europe et du Canada. En 1992, Christine De Smedt a fait partie du projet interdisciplinaire SKITE (laboratoire de nouvelles formes chorégraphiques) à Paris, lieu également de sa première rencontre artistique avec Meg Stuart. À partir de là, une étroite collaboration est née entre les deux artistes. Celle-ci a débouché sur différents projets entre 1995 et 1999 : création et danse de No one is watching, le remake de Disfigured study, création de Splayed mind out, pièce pour laquelle Christine joua les assistantes artistiques et les danseuses pour Meg Stuart et Gary Hill. Conjointement avec David Hernandez, Christine De Smedt et Meg Stuart sont également à la base du projet d’improvisation multidisciplinaire intitulé Crash Landing (1996-1999).Parmi les autres personnes ayant collaboré avec Christine De Smedt, on retrouve Mette Edvardsen, Marten Spangberg, Christelle Fillod, Milli Bitterli et Susanne Berggren. Par ailleurs, elle a dansé dans Project et Floor Pieces de Xavier Le Roy et a travaillé avec Eszter Salamon pour les productions nvsbl,dance#1/driftworks et le projet collectif Transformers. En 2007, elle a créé Pick Up Voices avec Myriam Van Imschoot, une pièce qui mêle recherches historiques, performance et ombres chinoises.
    En 2010 Christine De Smedt a initié la première édition de Summer Intensive, une récidence au studio 3 des ballets C de la B. Récemment, elle participe à des projets et collaborations artistiques avec Xavier Le Roy (Low Pieces) et Jan Ritsema (Agora project).
     
    Siegmar Zacharias est une performeuse et enseigne la rhétorique. Elle développe des formats liés au théâtre, à l’enseignement, aux performances multimedia et aux installations en relation avec la participation et le vivre-ensemble. Son travail se situe entre la philosophie et la sensualité, l’humour et le travail manuel, le bricolage et la technologie. Il a été décrit comme «Visionnaire, subversif, spirituel». Il a été présenté dans des théâtres en Europe, dans des serres, des boîtes de nuit, des galeries, dans les bois et dans les airs. Ses derniers travaux incluent SWEAT – The Movie, The Pavilion of Hot Air and Hopes, You & Me together. My first…fear_lab, perforated paradise, zero, Dracula 89/03.
    Elle a été co-curatrice du Blackmarket of Useful Knowledge and Non-Knowledge, et a participé au Festival International The Theatre. Siegmar Zacharias est à l’initiative du projet SUPER! POWER! What is it to participate in Europe and in Art et co-fondatrice de SXS Enterprise. Siegmar a étudié la philosophie et la littérature comparée à Berlin et à Londres, et la performance à DasArts à Amsterdam. Elle enseigne également la rhétorique dans des sociétés privées.
    www.myspace.com/siegmarzacharias


    Informations pratiques
    L'atelier se tiendra du 5 au 10 avril 2012. Les sessions ont lieu de 14h à 17h et de 18h à 21h, aux Laboratoires d’Aubervilliers, et rassembleront une vingtaine d’étudiant/es.

    Inscriptions 
    Auprès de Virginie Bobin, v.bobin@leslaboratoires.org et 01 53 56 15 94