•  Lundi 19 mars, à 20h:

     

    La séance sera animée par Hugo Rousselin, écrivain. Il proposera une discussion autour de l'accompagnement de la mort en s'appuyant sur les films Falkenau, vision de l'impossible d'Emil Weiss et Derniers mots de ma soeur Joke de Johan van der Keuken.

     

    fuller
    Emil Weiss, D.R.

     

    Présentation par Hugo Rousselin:

    Les films Derniers mots de ma sœur Joke et Falkeneau, Vision de l’impossible témoignent de l’urgence de laisser une trace de ce qui ne va plus être. Les cinéastes cherchent à dépasser l’immuabilité du temps. Ces films sont tournés sur le moment sans attente, sans attendre. Accompagner l’inéluctable, accompagner une personne au seuil de la mort ou celles mortes dans l’anonymat de la vie nue. Mais surtout, nous nous accompagnons nous,  dans nos instants de vie au regard de nos possibles morts. En jeu, il y a donc la conscience de la valeur de la mort, conscience qui accroit celle de la valeur de la vie. Ce qui est filmé n’est pas la mort, l’avant n’est pas la mort, le cadavre n’est pas la mort. Les Grecs anciens n’avaient pas de mot pour désigner l’unité du corps vivant, le seul mot qui désignait ce corps uni était «soma», le cadavre, il était un corps reposé, au corps mort rendu à son état de matière figée. Ce qui est filmé n’est pas l’espace entre, l’instant de l’évanouissement, mais les deux polarités d’un passage entre le bios et le soma, entre le vivant et l’inerte. Y’a t-il une image, un montage, des sons possibles pour expliciter cela…
    «Nous avons étendu l’espace des biens matériels, nous avons développé les expériences matérialistes sans nous rendre compte de la menace que cela faisait peser sur l’homme – en l’amputant de sa dimension spirituelle. Il en souffre et il ne sait pas de quoi il souffre. Il ressent un manque, une absence d’harmonie, et il en cherche la cause.» (Andrei Tarkovski)


     

    Films diffusés (durée totale 104min):
    Falkenau, vision de l'impossible d'Emil Weiss (France, 1988, 52min)
    Derniers mots de ma soeur Joke de Johan van der Keuken (Pays-Bas, 1998, 52min)

     

     --------------
    Entrée libre

    Accueil du public dès 19h30, bar et restauration légère.