Octobre 2014

Lu Ma Me Je Ve Sa Di
 
 
 
 


  • Le metteur en scène et écrivain congolais Dieudonné Niangouna explore un théâtre de l’urgence au verbe poétique, vif et acéré, emprunt de son histoire personnelle et des conflits qui ont traversé son pays. À Aubervilliers, il revisite les expériences cinématographiques qui ont marqué son enfance et en particulier les films de Kung Fu. Sur scène, le solo Le Kung Fu met ainsi en jeu son propre récit entrecoupé par la projection des séquences de films tournées avec une vingtaine d’habitants d’Aubervilliers. Représentations les 19, 20 et 21 novembre. Entrée libre (sur réservation)

  • — Labo des Labos —

    Atelier de lecture "Performing Opposition" #3

    Le Printemps des Laboratoires #3

    Jeudi 13 novembre 2014, 16h-18h

    Cette année, une nouvelle série d'ateliers de lecture propose de mener collectivement des recherches autour de la problématique "Performing opposition", qui confère son titre au prochain Printemps des Laboratoires, événement international qui aura lieu en juin 2015 aux Laboratoires d’Aubervilliers. Cet ateliers ont lieu un jeudi sur deux et sont ouverts à tous.

  • Journal "Notes sur les mouvements"

    La Chorégraphie du travail



    Dans le cadre de sa résidence, Romana Schmalisch édite un journal gratuit, Notes sur les mouvements, dont le troisème et dernier numéro vient de paraître (septembre 2014). Il y est question des enjeux de l’apprentissage d’un métier, des relations entre élèves et enseignants, des méthodes d’éducation, et de la façon dont ces systèmes reflètent certaines normes sociales. Il est disponible en ligne (télécharger)



  • Dans le cadre de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, Myriam Lefkowitz, avec Julie Laporte et Jean Philippe Derail, propose un rendez-vous par semaine, entre septembre et décembre 2014. Au cours de ces journées, elle activera deux dispositifs: Walks, Hands, Eyes (Aubervilliers), balade silencieuse d'une heure dans la ville pour un spectateur et un guide. Et sait-on jamais dans une obscurité pareille s’adresse également à un seul spectateur à la fois, reposant cette fois-ci sur l’expérience d’un corps immobile plongé dans le noir. Sur rendez-vous.