Partager

 
 
 
 

 

 

Pour cette sixième édition, Les Laboratoires d’Aubervilliers continuent leur programmation des ateliers de lecture qui, à raison d'une rencontre mensuelle, proposent de mener collectivement recherches et réflexions autour de la problématique spécifique abordée depuis différentes disciplines (l’art, les sciences humaines, la politique). Ces ateliers participent à la construction du « Printemps des Laboratoires », projet de recherche partagée qui se décline tout au long de l’année via des workshops, tables rondes, projections jusqu’à l’avènement d'une plateforme publique de rencontres, performances et projections. Ce rendez-vous public, qui aura lieu en juin 2018, en constitue la mise en perspective finale à une échelle internationale. La programmation est articulée chaque année autour d'une problématique spécifique qui cette année, afin de prolonger et d'approfondir les questions, champs et domaines abordés et soulevés l'an passé. Cette année est placée sous le titre de « Endetter et Punir ».

Cette nouvelle édition s’appuie en effet sur la question de la dette dans les pays européens comme une condition intrinsèque à notre être social et humain : nous sommes nés endettés et nous perpétuons cet endettement sur les futures générations. La lutte pour s’en libérer est celle de la construction d’une nouvelle subjectivité humaine, politique et sociale. Loin de la dimension économique qu’une certaine approche politique de la dette s’acharne à mettre en perspective et à débattre, nous postulons que cette dette n’est pas ancrée dans la relation directe à l’argent mais dans nos manières d’agir, dans la privation de nos libertés et dans notre être fondamental. Ce Printemps va donc s’employer à explorer la manière dont s’inventent des formes de politiques alternatives en Europe comme autant de zones génératives de nouveaux modes de vie et de procédures d’attention.

Sous réserve de modifications, les dates de ces ateliers sont les suivantes : les jeudis 5 octobre, 16 novembre, 21 décembre 2017 et les lundis 12 février, 19 mars et 11 juin 2018.

 


Jeudi 5 octobre 2017 - Atelier #1

Nous avons ouvert ce cycle en présence du sociologue et philosophe italien Maurizio Lazzarato, avec lequel nous allons étudier un extrait de son livre La fabrique de l’homme endetté, publié aux éditions Amsterdam en 2011.
Un enregistrement sonore de cette rencontre a été effectué, il est consutable derrière ce lien : Atelier de lecture #1

 
Jeudi 16 novembre 2017 - Atelier #2

Pour ce second atelier de lecture, nous avons reçu le philosophe François Athané autour de son texte Penser la dette avec Alain Testart. I- L'escalavage comme statut. II- Esclavage du sexe ?, publié le 3 novembre 2016 sur le site « Implications Philosophiques. Espace de recherche et de diffusion ». Un enregistrement sonore de cette rencontre a été effectué, il est consutable derrière ce lien : Atelier de lecture #2

 

Jeudi 21 décembre 2017 - Atelier # 3

Une théorie de l'agir dans un monde frustre. La pensée politique de William James : Pour ce troisième atelier de lecture, nous avons accueilli le philosophe Thibaud Trochu venu présenter deux textes de William James : « le dilemme de la philosophie contemporaine », première leçon du Pragmatisme, publié en anglais 1907 et traduit en français en 1911 ; puis « La vie vaut-elle d’être vécue ? », second chapitre de La volonté de croire, dont la première édition anglaise remonte à 1897, et qui fut traduite et publiée en français en 1916. Cet atelier de lecture nous a permis d'examiner la pensée politique de James qu’il a développée dans ces deux de ouvrages : La volonté de croire (1897) et Le pragmatisme (1907).


Lundi 12 février 2018 - Atelier #4

Pour le quatrième atelier, l'artiste Barbara Manzetti, alors qu'elle mène une « permanence » aux Laboratoires d’Aubervilliers avec les membres du projet Rester. Etranger, conduira avec eux ce prochain atelier autour de Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire, qu’elle propose de mettre en regard de Sens unique de Walter Benjamin ainsi que d’autres textes, tels que des documents administratifs, juridiques et certificats médicaux qui bordent le parcours des réfugiés en France. Nous aborderons ces différents extraits à travers l’exercice de la copie, pour faire advenir une lecture particulière, nous aider à déchiffrer le texte de Césaire et amorcer, on l’espère, nos propres écritures.

Lundi 19 mars 2018 - Atelier #5

Pour cette cinquième rencontre, Maryse Emel, philosophe et albertivilarienne, a proposé d'articuler l'atelier de lecture autour d'un texte de Paul Audi, Au sortir de l’enfance, paru aux éditions Verdier en 2017. Et si l’adolescence était bien plus qu’un « sale moment à passer » ? C’est la thèse que défend Paul Audi dans ce texte. Il y écrit que l’adolescence est un événement de vérité. Son rapport au monde lui a été donné bien avant toute réflexion, il n’a rien choisi. Il naît endetté. Cette lecture de la dette qui refuse la perspective psychanalytique s'est ainsi éclairé à la lecture de trois œuvres mettant en avant les trois solutions qui inaugure l’adolescent pour se libérer du poids d’un « donné » qui dépasse sa propre existence.


Lundi 11 juin 2018 - Atelier #6

La dette fonctionne comme un système de ramifications qui conditionne notre paysage social et culturel, politique et intime. Plus que la dette en soi, ce sont les recherches visant à s’y soustraire qui nous intéressent également dans le cadre de cette édition du Printemps des Laboratoires intitulée Endetter et punir. Ainsi, nous nous concentrons sur les courants de pensées et les modalités d’action qui invitent à composer à partir des dettes coloniales et écologiques, à inventer de nouveaux paradigmes et imaginaires que ceux qui y sont capturés. Dans ce cadre, l’artiste Carole Douillard a été invité à proposer un atelier de lecture - le dernier du projet Printemps des Laboratoires - en lien avec son travail artistique, et plus spécifiquement son projet en cours réalisé en collaboration avec Babette Mangolte.

 

ARF